accueil-menu
blockHeaderEditIcon

atelier_lune
blockHeaderEditIcon

atelier_titre_tete
blockHeaderEditIcon

Les phases de la Lune en direct

Ce module à gauche affiche l'état de la Lune au moment de l'ouverture de la page, ainsi que sa position et celle du Soleil, Mercure, Vénus et Mars.

L'astrologie humaniste est un outil qui permet de s'individualiser, de sortir du mythe collectif en accédant à son propre Soi, sa personalité globale, non entièrement saisissable

Toutes les deux semaines, un atelier est organisé le mardi matin, aucune connaissance particulière n'est demandée.

L'art de l’astrologie, comme de l'alchimie, parle d'un mystère. Un mystère incréé qui fut préparé par Dieu de façon telle que rien ne soit semblable à lui à l'avenir et qu'en outre il ne revienne jamais à ce qu'il était, car de même qu'un fromage ne redeviendra jamais du lait, de même que ce qui est engendré ne retournera jamais à sa première matière.

L'atelier du mardi 20 octobre est renvoyé. Je reste à votre disposition pour répondre à vos besoins concernant les questions que vous pourriez avoir au sujet des articles sur le site. Vous pouvez également vous manifester en allant sur l'onglet «Livre d'or» sur la page «Ateliers».

    Prochain atelier: mardi 3 novembre à 9h45  

Lieu de rendez-vous, restaurant du Grand-Pont à La Chaux-de-Fonds.

atelier-texte-new
blockHeaderEditIcon

Ouverts à tous, ces ateliers-débats servent de lieu d'échanges en s'appuyant sur la symbolique de l'astrologie humaniste et en s'inspirant de la psychologie jungienne. Un moyen qui permet de découvrir l'intention et la qualité qui se cachent derrière chaque naissance.

Ces réunions conviviales gratuites ont pour but de permettre à chacun d'approfondir la connaissance de soi.
Il n'est pas indispensable de posséder son thème pour commencer, car il est possible de se le procurer en participant à ces ateliers.

Pour de plus amples renseignements:

Christian Donzé
E-mail: chdonze@hotmail.com
Tél. 079 508 67 32

atelier_mercureretro_gauche
blockHeaderEditIcon

Dans un thème Mercure représente la manière particulière qu’a la personne pour découvrir son environnement et se lier à lui sans danger.

Quand Mercure est rétrograde nous avons la possibilité d’élever nos pensées. Au point de vue psychologique, un ou des problèmes touchant l’emploi de la fonction mercurienne (la façon de penser, de communiquer, de se déplacer) commencent à se dessiner à partir d’aujourd’hui 14 octobre dans le Signe du Scorpion. 
Les problèmes qui peuvent être soulevés ont trait à la façon dont on utilise son pouvoir dans la capacité de partager ses idées et ses sentiments les plus profonds. Est-ce que on ose s’exprimer jusqu’à aller à la fusion avec un autre?  Dans les limites de son environnement comment se passe la capacité de révéler ce que d’autres ne sentent que vaguement. Le défi sera d’y arriver sans que sa capacité de partager ses idées et sentiments ne prennent la forme négative d’une critique impitoyable.

A partir du dimanche 25 octobre, on devrait théoriquement trouver des solutions aux problèmes qui se seront posés durant ces 10 derniers jours. Et c’est le 3 novembre que viendra le moment d’appliquer les solutions. 

Nos pensées s’étant élevées, les solutions nouvelles mises en œuvre vont pouvoir rétablir le déséquilibre engendré par un trait dominant, une tendance exagérée de notre manière de penser, inévitablement présente quand on se spécialise avec l’emploi d'une seule énergie.
Le mode de pensée ainsi accentué tend à dominer la conscience; il représente, pour la personne, la manière de penser la plus «naturelle», donc la plus aisée et, en général, la plus efficace. Penser la plupart du temps de cette façon produit peu à peu un état de déséquilibre.

Quand on exagère avec la caractéristique de l’énergie Scorpion, on risque de se laisser absorber par l'objet de son adoration. On désire tellement vibrer, fusionner avec des êtres et des choses qu'on finit par s’identifier à elles.

Le déséquilibre qui résulte de cette exagération produit une dissonance, un «malaise» au niveau du corps ou de l’âme: une congestion ou une malformation causée par l’hypertrophie de cette identification.
Une plénitude extrême en un point trouve sa compensation dans le vide d’un autre: un intellect brillant peut émousser ou obscurcir les sentiments. Un regain de santé psychologique et biologique n’est possible que si quelque pouvoir peut rétablir l’équilibre fonctionnel de la personnalité tout entière en vivifiant la fonction atrophiée. Ce pouvoir est le Soi. Le Soi a pour effet de compenser le danger de se laisser dominer par le conscient et l'inconscient.

Ce Soi dont beaucoup parlent mais que très peu connaissent (au sens biblique du mot, c'est-à-dire: «ont intimement expérimenté»), il est difficile d'en donner une définition valable! On parle de contenir, de maintenir notre identité spirituelle; mais c'est plutôt cette identité, ce Soi, qui nous contient et nous maintient.

C'est lui qui peut fournir l'effet compensateur à cette exagération, cet effet compensateur sera pour la personne une qualité morale nouvelle, une vertu à laquelle elle n'avait pas accès jusqu'à présent, puisque sa conscience était le seul lieu où elle pouvait se rendre pour trouver un modèle pour vivre. Soi, Christ qui est un symbole du Soi, contrairement à l'ego, peut plonger son regard dans la Plénitude divine, le Père de toute chose, le chaos, l'inconscient et ramener des enfers la qualité complémentaire opposée à l'identification: la non-identification, le détachement, vertu du Signe du Taureau qui se trouve en face du Scorpion.

Le phénix renaissant de ses cendres

Symbole de mort et de résurrection, le Signe du Scorpion va permettre dans le champ d’expérience, la renaissance du phénix de ses cendres. Pour que la personne puisse changer d'état, il faut qu'elle puisse passer de l’identification à la non-identification dans le champ d’expérience. Passer d’une façon collective à une façon individuelle de penser, de l’obscurité à la lumière.

Le succès ou l’insuccès dans la tentative de développer l’esprit nouveau  de la fusion de ses sentiments, dans un désir d’oublier la conscience de son moi vers une nouvelle direction va se révéler à partir du dimanche 20 décembre.

A quoi est-ce que je m’identifie dans la Maison Scorpion de mon thème?
Si on veut connaître dans quel champ d’expérience opère, parmi les 12 Maisons que compte un thème astral, le défi d’élever le niveau de sa conscience dans la façon de partager ses sentiments, il est indispensable de pouvoir regarder le mandala du thème de la personne.

On ne peut jamais savoir si une personne va utiliser constructivement ou non la phase de rétrogradation d’un cycle planétaire, mais la possibilité est là.

Pensée, Sentiment, Intuition et Sensation sont les quatre fonctions psychologiques principales dont l’âme a besoin pour s’orienter dans la vie. Sachant que c'est l'âme qui nous vit, on cesse de croire à une volonté divine qui soit la cause du monde manifesté. Il n'y a rien de ce qu'un être puisse parler qui ne lui vienne de sa psyché.

Avec le Signe d’Eau du Scorpion, nous touchons au domaine de la fonction Sentiment, fonction rationnelle, opposée à la fonction Pensée. Le Sentiment ordonne, organise la fonction Intuition.
Le Sentiment n’est pas une émotion qui est involontaire; c’est le jugement de valeur qui nous permet de dire que telle personne ou telle chose est «bonne», «mauvaise», valable ou non, acceptable ou à fuir, pour nous même personnellement.



Cette fonction Sentiment s’initialise dans le premier Signe d'eau, le Cancer pour arriver à une culmination en Poissons.
Dans les Poissons, troisième Signe d’Eau, il y a un accent sur la totalité, fruit de ce qui a été accompli dans le Scorpion. Ici, on trouve de vrais sentiments qui peuvent se résumer en un mot: COMPASSION pour tout ce qui a été fait et pas fait. Les Poissons nous dote d'une énergie qui est le courage du futur. C'est avec cette énergie que nous portons la croix de tout ce qui est sclérosé.

Le ressuscité est passé par la crucifixion de ses valeurs morales, qui est le chemin le plus court pour aller à Dieu. Dieu n'est pas spécialisé, il porte en lui toutes les qualités qui sont des forces agissantes, capables de rétablir l'équilibre et l'harmonie au sein de toute chose créée. Dieu n'est pas au-delà d'un espace universel qui s'étend à l'infini. Dieu est là où Dieu agit; et l'action divine n'a qu'un but essentiel: rétablir l'harmonie là où il y a discorde et déséquilibre.

Cet Autre est la psyché autonome, une partie libre d’autorités et des valeurs collectives. C’est un état contraire à l’unilatéralité de la conscience et des valeurs saturniennes, conservatrices.

Permettre de répondre positivement à l'apiration de sa propre essence évite le déséquilibre et son cortège de douleurs physiques. 

Cela nécessite de sauter par-delà  la peur de son ombre, exemple la peur du Scorpion: être seul, et de passer du côté de cet Autre. En passant du côté de l'Autre, on fait de la place en soi.
On parle de folie morbide quand l'esprit de ce temps (le conscient) ne lâche pas un homme et l'oblige à ne toujours voir que la surface, à renier l'esprit des profondeurs (l'inconscient), et à se prendre lui-même pour l'esprit de ce temps. L'esprit de ce temps n'est pas divin, l'esprit des profondeurs n'est pas divin, l'équilibre est divin grâce à l'âme. Seul celui dont le désir se détourne des choses extérieures parvient au siège de son âme à l'intérieur. S'il ne trouve pas l'âme, la peur le poussera à coups de fouet encore et encore dans une quête désespérée des choses creuses de ce monde. Il deviendra le bouffon de son désir sans fin, s'éloignera de son âme et finira sa vie dans un noir sidéral en faisant un dernier repas en tête-à-tête seul avec lui-même. https://youtu.be/Z5K7tjP2kkM

Rappel, il existe une peur pour chaque signe du zodiaque. Mais il faut dépasser ce que le moi, l'esprit de ce temps crée de façon unilatérale.

atelier_mercureretro_centre
blockHeaderEditIcon

En ne faisant pas confiance à l'énergie des Poissons, qui est le courage du futur, on s'oblige à passer par le chemin de la souffrance physique. On résiste en faisant don de tout son amour et de toute sa soumission aux êtres et aux choses et aux idées de ce temps. On souffre avec des maladies de la peau parce qu'on a peur de sortir de l'enfance, on se brise des membres, on se coince le dos, on se fait opérer, on se fait poser une pile au cœur, on change de «je nous» parce qu'on a des difficultés relationnelles dues au mauvais emploi de l'énergie du Signe du Descendant de son thème, on boîte de la hanche parce qu'on manque de structures saturniennes (paternelles), on se fait poser des artères en plastic pour corriger la varice, on se fait souder les vertèbres parce qu'on ne veut pas changer d'idées, etc. 

La compassion est l’unique sentiment social vrai qui permet d’inclure toujours plus. Grâce à la compassion, l’ego formé dans le Cancer, ayant passé par l’expérience du sacrifice de ses privilèges personnels en groupe dans le Scorpion, atteint le moment de participation Universelle de l’Homme.

Nos sentiments individuels (Cancer) ne peuvent devenir de véritables sentiments sociaux si l’on ne devient pas conscient de l’unité de l’humanité (Scorpion). Dans les Poissons, les sentiments sont larges, disséminés, sans centre, étendus sur tout le champ de la conscience. Ils ont tendance à être diffus, vagues, «psychiques» et sentimentaux; mais ils peuvent aussi être transcendants et mystiques.

Quand  Mercure rétrograde, c’est une période qui peut comporter pleins d’empêchements au niveau de nos petits déplacements, de pertes de mémoire, avec des difficultés au niveau de la communication, de l’écriture; les choses ne vont pas de soi, les solutions que nous avons l’habitude d’utiliser ne fonctionnent pas.

Il semble que tout va de travers… et des intérêts de notre «grand» petit moi. On se plaint, mais c’est l’ego qui se plaint de devoir revoir ses habitudes.

En savoir plus au sujet de la fonction psychologique symbolisée par Mercure

Cette fonction relie les deux pôles de toute dualité. Non pour en réaliser la synthèse mais afin d’en accentuer les différences. De cette comparaison surgit la prise de conscience et le pouvoir de nommer les choses, de re-connaître les objets intérieurs et extérieurs chaque jour côtoyés. Maître des mots, Mercure use et abuse parfois de son nouveau jouet. Du discours à la propagande, de la capacité de faire comprendre ses points de vue aux autres à la logorrhée verbale, de la finesse à la ruse, de la légèreté à la démission, de la libre pensée à l’inconstance dans ses opinions, toutes les gradations existent selon les personnes, les jours et les humeurs!

Plus tard les symboles produits par Mercure vont devenir des outils indispensables à une compréhension synthétique et globale du monde où se meut l’individu. Celui-ci commence à utiliser ses dons d’analyse pour se comprendre.

Grâce à l’incorporation des énergies «mercuriennes» l’homme se détache du mythe; par l’analyse il se décolle psychiquement de cette fascination-prison envers les archétypes qui caractérise la pensée des peuples primitifs. La mythologie Chrétienne ne raconte pas autre chose lorsqu’Adam mange du fruit de l’arbre de la connaissance. Il s’ensuit une chute du paradis. Privé du soutient du manque d’énergie de l’archétype solaire (divin) l’homme foule pour la première fois le long sentier du temps.

Un chemin vers l'âme

Par Mercure l’être se dit. Il parle du «dit» de la déité (D.I.T) qu’il est fondamentalement. S’approprier Mercure, s’approprier sa parole par delà les savoirs et les réflexes mentaux superficiels, c’est avant tout exprimer une vibration, un son, que portent les mots. Cette vibration met l’être en contact avec son centre intérieur et ouvre ainsi un canal de créativité. L’être entre consciemment dans ce point de contact qui est un chenal de communication avec son âme. Planète intérieure à l’orbite de la terre, la plus proche du Soleil, Mercure est le Son par Qui nous existons avant d’être «leçon» mémorisée par l’ego lunaire.

Mercure dans les Signes indique notre manière particulière de comprendre, d’ordonner et de communiquer nos perceptions. Par extension, on y verra le type de mentalité de la personne, son type d’intelligence. C’est aussi la forme énergétique de l’esprit, la tonalité sur laquelle la personnalité reçoit les messages de l’âme.

Dans les Signes de Terre, (Taureau, Vierge, Capricorne)
La personne possède une intelligence pratique

Avant de comprendre et d’accepter quelque chose elle a besoin de preuves tangibles. Une fois acquis, ce savoir doit s’appliquer à résoudre des problèmes concrets, même s’il s’agit d’équations mathématiques ou de questions juridiques. On apprend par la pratique et l’expérience tout au long de sa vie, amassant une somme de connaissances sûres et permanentes.

Dans les signes d’eau, (Cancer, Scorpion, Poissons)
La personne possède l’intelligence de cœur

Bien qu’il soit parfois difficile pour cette personne de différencier pensées et sentiments, elle cherche à comprendre ses motivations personnelles ainsi que celles de son entourage. Le facteur humain joue un rôle essentiel dans les processus d’acquisitions du savoir.
Mis à l’aise émotionnellement l’être comprend avec beaucoup de finesse, surtout quand il s’agit de percevoir les mécanismes de la psyché; en milieu hostile par contre il perd rapidement se moyens car il se laisse impressionner par ses émotions.

Dans les Signes d’Air (gémeaux, Balance, Verseau)

La personne possède une intelligence de type encyclopédique

Elle a tendance à amasser des connaissances de types très divers, à lire beaucoup, à parler beaucoup, se déplacer beaucoup. Elle épate volontiers ses amis par la pertinence de ses questions ou la sagacité de ses réponses. C’est une pensée sans cesse en mouvement, curieuse de tout, qui encourt le risque de la superficialité et de l’intellectualisme.

Dans le Signes de Feu (Bélier, Lion, Sagittaire)
La personne possède une intelligence intuitive

Elle se sent à l’aise dans la formulation de projets de grande envergure. Elle convainc grâce à son enthousiasme et sa foi, entraînant à sa suite l’approbation et l’admiration de son entourage. Elle encourt le risque de se laisser séduire par ses idées lumineuses mais sans substance, idéales, mais inapplicables. La pensée se préoccupe de ce que le monde pourrait être bien plus que de ce qu’il est.

Avec Mercure en Feu: on apprend grâce à la foi en ses maîtres
Avec Mercure en Air: on apprend par le jeu et par soi-même
Avec Mercure en Eau: on apprend comme on se sent aimé
Avec Mercure en Terre: on apprend par la pratique

Mercure en signes cardinaux, (Bélier, Cancer, Balance, Capricorne): on propose de nouvelles idées.

Mercure en signes fixes, (Taureau, Lion, Scorpion, Verseau): on veut appliquer ses idées.

Mercure en signes mutables, (Gémeaux, Vierge, Sagittaire, Poissons): on veut enseigner, partager ses idées.

L’autre est un autre. Aimer est une vertu qui lie les êtres et les choses, tout en permettant à l’autre d’être lui-même. Aimer un enfant, c'est aussi regarder son thème et pas seulement lui acheter toutes les dernières nouveautés pour se déculpabiliser de ne jamais être avec lui, ou en courant tous les mois dans un parc aquatique, Disneyland ou à Europa-Park

Se pencher sur le thème d’un enfant permet de connaître de quel type de Mercure la nature l’a gratifié afin de connaître sa façon d'apprendre. Ainsi il sera respecté dans son être essentiel et moins violer sur le plan mental.

Chaque éducateur a reçu un genre d’éducation qu’il va vouloir imposer aux autres.

La tendance vers un isolement de plus en plus défini, par la différenciation et l’individualisation, s’oppose à tout instant à la tendance de la nature vers l’uniformité et le nivellement de l’énergie. L’expérience humaine est une joute constante où s’opposent la volonté de renaissance à de plus hauts niveaux et la fatalité de trépas de plus en plus totaux.

atelier_mercureretro_droit
blockHeaderEditIcon

Naître c’est s’isoler

Un enfant qui vient au monde devrait pouvoir s’isoler, s’individualiser. La naissance devrait conduire à la différenciation. Mais le conditionnement social et religieux le contraint à devenir un étranger avec lui-même, en se dissociant il va adopter la façon de pensée des autres. La vertu de l'oubli de soi est quelque chose d'antinaturel, qui prive celui qui la pratique de la possibilité de devenir qui il est. L’enfant apporte avec son intelligence quelque chose que les parents n’ont pas. Le problème de l’éducation est un problème lié à la violence de vouloir imposer son intelligence aux enfants et aux autres.

Au niveau collectif, la société impose aux autres ce que les gens ne sont par prêts à faire, d’où certaines difficultés d’adaptation au monde. Ce sera un énorme défi durant l’ère du Verseau à venir. On peut déjà s’en rendre compte avec la dictature d'un nouvel ordre mondial sous un masque humaniste, la naissante des algorithmes, des idéaux technocratiques des vaccinations, de la diminution des services publics ou de l’obligation de télécharger une application pour acheter un billet.

Exemple avec un enfant ayant Mercure dans un Signe d’Eau

L’enfant s'épanouit d’autant plus facilement selon le lien qu'il peut conserver avec son âme et selon l’amour de ceux qui veulent son «bien», ses parents, sa famille, ses enseignants, ses éducateurs, des personnes proches, etc.

Si l’amour est ce qui lie les êtres et les choses entre elles, le lien ne donne pas le droit de fondre l'enfant dans le même moule que sa conscience, en imposant ce qui est juste selon les critères collectifs du moment. Cela veut dire que si l’enfant a une mère qui a Mercure en Signe d’Air, ce n’est pas uniquement sur le plan d'une relation privilégiée sur un plan intellectuel que l’enfant va se sentir aimé. Que si le père a Mercure en Signe de Terre, ce n’est pas seulement sur un plan pratique que l’enfant va et doit se sentir aimé. Que si l’enfant a une grand-mère qui s'intéresse à l'astrologie, qui fait du yoga ou de la méditation, qui va à Lourdes chaque année parce qu’elle a Mercure en Signe de Feu, que ce n’est pas seulement avec une relation sur une base d'expériences intuitives, en allant à la messe tous les dimanches que l’enfant va se sentir aimé.

Il lui faudra attendre la quarantaine, peut-être plus tard ou jamais pour avoir la force et le courage de déchirer l'accord personnel qu'il a avec lui-même afin devenir ce qu'il est, ce qui a été établi au moment de sa naissance par le Christ.
Le Christ, la semence de l'Homme totale est Je Suis. «Avant qu'Abraham fût, Je Suis». «Si vous ne croyez pas que Je Suis, vous resterez dans votre péché». C'est-à-dire dans la serviture, la servitude étant la semence ligotée en l'Homme. Car tout être Humain créé par le Verbe de Dieu, est, en son noyau, le Nom; en son centre il est «JE SUIS».
Quelque chose qui fût et qui n'est plus depuis la corruption du destin.

Alors, moi, aujourd’hui, j’en suis où? Est-ce que je peux m’abandonner et dire mes sentiments dans le champ d’expérience où se trouve le Signe du Scorpion sans que mon identité soit brûlée, pas reconnue dans l'expérience?

Ou bien, comment cela s’est-il passé, comment étais-je accueilli quand enfant je me laissais aller à un état d'amour fusionnel jusqu'à l'identification, jusqu’à disparaître en faisant confiance, dans le champ d’expérience du Signe du Scorpion?

Qu'est-ce qui peut faire que je puisse éviter de me brûler comme un papillon de nuit qui s'approche trop ardemment de la flamme d'une bougie, d'un idéal philosophique, sportif, matériel, en voulant ressembler à un acteur ou perdre ma personnalité en me dévouant à un directeur de conscience. C'est l'Esprit et son don de non-identification, cela est donné à celui qui œuvre pour chasser l'obscurité de son esprit, l'obscurité de la conscience collective. 
Voir à ce sujet l’«astrologie ésotérique» en page d’accueil.

Quel est le pouvoir  qui peut me permettre de conserver mon identité spirituelle?

Ce pouvoir, c’est le Soi. Le Soi est l’Esprit en action, car l’Esprit agit là toujours pour rétablir équilibre et harmonie où il y a nécessité d’agir en réponse à un besoin d’exagération, c’est-à-dire partout! En tant qu’Esprit, le Soi agit en se servant d’une forme qui se présente d’elle-même parce qu’elle est devenue nécessaire: n’importe quelle forme, mais seulement la forme nécessaire; n’importe quel mode d’énergie, mais toujours l’énergie issue de la relation intime intensément désirée, et à un moment précis, à l’exclusion de tout autre.

Pour remplir son rôle paternel, l’homme doit unir totalement sa conscience à l’Image générique et sociale de la Paternité, afin que son enfant puisse le considérer comme cet archétype Père. Le grand Amant est l’homme qui incarne dans son être l’éternelle Image du désir de la femme. Une vie spectaculaire est une vie vécue au nom d’un grand symbole ou d’un Dieu, car c’est le seul genre de vie capable d’inspirer le dévouement absolu d’un groupe social ou religieux et peut-être d’une foule.
Ce qui triomphe c’est le Mythe, et non le personnage investi de la puissance de l’Image mythique. Le grand personnage, porte-parole de l’Esprit, refond néanmoins la substance du Mythe dans le moule de ses victoires personnelles. Il s’identifie au Mythe, mais ce Mythe s’incarne également à nouveau dans les actes de l’Esprit, en eux et par eux.

Jésus prit la forme corporelle du Prophète hébreux. Il s’identifia, mais il resta ce qu’il était lui-même, donnant à cette Image collective de son peuple un motif nouveau, une signification différente qui jaillissait du cœur de son être, qui était créé par son Soi; c’est pour cela qu’il devint le Christ (symbole du Soi, du pouvoir d’être): en Jésus nous pouvons voir à l’œuvre le principe d’identification; dans le Christ, l’Esprit agissait en tant que force, en tant que pouvoir.
Puisque nous parlons aujourd’hui d’une rétrogradation de Mercure en Scorpion, nous pouvons élever notre pensée pour comprendre que le don que nous fait l’Esprit est: la non-identification, le détachement, capable de maintenir l’identité spirituelle de l’homme-Christ: fils de l’Homme et fils de Dieu.

C'est à la fois la gloire et la tragédie de l'individu qui a atteint le seuil d'une vie totalement consacrée à l'Esprit.

Il est alors capable de se vouloir totalement ouvert à l'Esprit, alors même qu'il est torturé par les violents conflits de sa dualité. Et le plus grand acte de volonté consiste à aborder la construction de son être «l'esprit libre et vide», c'est-à-dire sans corruption et sans spécialisation, sans la corruption du conditionnement social et religieux et sans être dominé par des qualités «identification et non-identification», «bien, mal», «conscient-inconscient», «jour-nuit», «proche-lointain», «efficace-inefficace», «différent-identique», «vivant-mort», «plénitude-vide», etc.

On voit donc que l’Esprit, en lui-même, n’est pas spécialisé; c’est le rayonnement de la totalité d’un organisme. Son action sur une personnalité spécialisée consiste essentiellement à rétablir l’harmonie des touts déséquilibrés qu’il imprègne de son pouvoir d’intégration. Ce pouvoir se manifeste en qualités d’existence et de conscience (ou modes de comportements, de vertus) correspondant au pôle opposé de la fonction hyper-accentuée par une spécialisation à outrance.
Est-ce que ce que l’on construit est fait à la base avec le Soi, ce pouvoir qui a établi au moment de la naissance, le caractère essentiel, la nature, la fréquence vibratoire de ce que l’on est censé être ou avec l’ego qui utilise les valeurs socioculturelles de l’époque qui nous a vu naître?
Ce pouvoir n’est pas «conscience». Le «pouvoir» n’a pas pour mission de nous dire ce que l’on doit faire et être, il n’est que «pouvoir», et étant fille ou fils de Dieu, je suis fille ou fils de ce «pouvoir». Il importe donc de savoir que je sache que je découle de ce que je fais de l’emploi du «pouvoir» d’être.
Au niveau biologique: le «je» est instinctif.
Au niveau socioculturel: le «je» est collectif.
Au niveau individuel: le «je» est capable d’agir en tant qu’individu, sans être conditionné par des valeurs religieuses, culturelles, collectives, de sexe, de race, de couleur de peau, de classe, etc.

Exemple avec le Bélier qui s'exprime de façon «naturelle», son habitude est d'agir avant de penser aux conséquences de ses actes, l'Esprit lui fait le don de l'adaptabilité, une qualité qui nécessite d'élever sa pensée et par conséquent son niveau de conscience. Ce sujet est développé en page d'accueil. 

atelier_titre2
blockHeaderEditIcon

C'est le comportement de la personne mal adaptée qui peut être prédit

atelier_image gauche_gandy
blockHeaderEditIcon

atelier_image droite theme
blockHeaderEditIcon

atelier texte pied
blockHeaderEditIcon

La valeur de l'astrologie ne réside pas dans le fait qu’elle permet de déterminer dans l’abstrait les événements de la vie d’un inconnu vivant dans des conditions inconnues; elle réside dans le fait qu’elle permet d’aider une personne particulière, qui vit dans un environnement connu, à faire face à des problèmes particuliers avec la totalité de son être et de la manière la plus significative possible.
Il peut être éclairant de souligner que c'est le comportement de la personne mal adaptée qui peut être prédit de façon précise. Chez la personne mal adaptée, conditionnée pas son éducation, le comportement est prédictible précisément parce qu'elle suit un modèle rigide. Elle va invariablement prendre les mêmes décisions en suivant toujours les mêmes schémas.
L'identité est un vêtement dont l'enfance a dessiné les coutures. La présence de ceux qui nous ont élevés, nos parents, nos éducateurs a été fondatrice de ce que nous sommes.
L'individuation est un processus de différenciation qui développe et émancipe la personnalité individuelle.
 C'est dans la victoire su la psyché collective que réside la vraie valeur, la conquête du trésor, son vrai Moi.
Le mythe socio-culturel et religieux programme des personas et refoule le Soi individuel. Il n’en laisse que l'illusion d'une personnalité, un simulacre qui est aussi un assujettissement. La persona est un masque, une nature tronquée, qui est révélée par l'Ascendant. Au Descendant on peut approcher son partenaire intérieur. C'est ainsi que l'on devient entier.


Le thème astral ou mandala

Le thème complet – Maisons Signes et planètes – symbolise le dharma (le présent) de l’individu, ce qu’il est censé être, et aussi ce dont l’environnement, dans lequel il est né, a besoin. Un homme naît à un moment et à un endroit particulier pour combler un besoin particulier de l’humanité.
Le thème de naissance révèle la structure potentielle de l’être, c’est-à-dire, de l’élément purement individuel dans la personne. Mais il ne dira jamais se cette potentialité deviendra, ou non, une réalité, si le processus d’individuation réussira ou non. Le thème nous dira quelles seront les formes et qualités de l’être si cet être arrive à se manifester, ainsi que les cycles généraux de développement de la personnalité et de ses crises de croissance. Mais, il ne nous dira jamais à l’avance si la personnalité arrivera à surmonter ses crises avec succès, ni le genre de résidus psychiques qui s’accumulent dans son inconscient personnel à la suite de la tension expérimentée.
Dans une astrologie où la personne se trouve au centre de son thème et où la croix formée par l’horizon et Méridien établit son orientation particulière à l’univers qui l’entoure, les douze Maisons se réfèrent aux divisions de l’espace dans les limites desquelles se meuvent les objets célestes. Le cercle des Maisons devient un cadre fixe de signification personnelle. Chaque Maison représente un type fondamental d’expérience humaine; un être humain rencontre ces douze types d’expérience pendant sa vie.

Alexander Ruperti - Ostéopathe de profession et astrologue

footer-menu
blockHeaderEditIcon



 

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail
*