*
accueil-menu
blockHeaderEditIcon

accueil-texte
blockHeaderEditIcon
Bienvenue sur ce site d'astrologie humaniste qui vous invite à découvrir le monde des

accueil-sliders-new
blockHeaderEditIcon

Accueil-gauche-texte
blockHeaderEditIcon

A propos de Mars
Mars est un feu qui brûle. Bien utilisé au bon endroit, il est merveilleusement efficace et prodigue lumière, chaleur et énergie ; mais mal utilisé ou situé au mauvais endroit, il devient une calamité. C’est  toute la différence entre le feu qui enflamme votre plancher au beau milieu du salon, et celui qui brûle tranquillement dans la cheminée. Le feu n’est ni bon ni mauvais, tout comme Mars, mais il peut devenir néfaste s’il est mal utilisé.

L’agressivité est une énergie naturelle. Sur le plan astrologique. Mars est la planète de l’agressivité, et chacun d’entre nous a Mars dans son thème natal. Nous avons tous à notre naissance Mars en nous quelque part, c’est-à-dire que nous avons tous des pulsions agressives innées.

La psychologue américaine Clara Thompson a très bien résumé l’agressivité:
L’agressivité n’est pas nécessairement toujours destructrice. Elle provient d’une tendance innée à grandir et à maîtriser la vie qui semble une caractéristique de la matière vivante. C’est lorsque cette force est entravée dans on développement que des éléments de colère, de rage ou de haine s’y associent.

Que nous apporte Mars? Il nous dote de la volonté de toujours nous développer davantage vers ce que nous sommes ou pouvons devenir.

 Lorsque ce désir de grandir et d’avancer se sent bloqué dans sa progression (que ce soit par d’autres parties de nous-mêmes, par exemple par la raison (Mercure) et les sentiments (Vénus) ou par autrui, il se transforme en colère.

texte2
blockHeaderEditIcon

Avancée sur les causes de la fibromialgie 

Un neurologiste Portugais Fernando Morgado de l'hôpital de Santa Maria pense avoir localisé les causes de la fibromialgie. Cette maladie qui provoque des douleurs en divers endroits et une fatigue généralisée se caractérise par des douleurs musculaires, de la fatigue, de l'anxiété et des cycles de sommeil altérés. Aucun examen clinique ne permet de la détecter excepté l'électroencéphalogramme durant le sommeil.
Un neurologiste Portugais Fernando Morgado de l'hôpital de Santa Maria pense avoir localisé les causes de la fibromialgie. Cette maladie qui provoque des douleurs en divers endroits et une fatigue généralisée se caractérise par des douleurs musculaires, de la fatigue, de l'anxiété et des cycles de sommeil altérés. Aucun examen clinique ne permet de la détecter excepté l'électroencéphalogramme durant le sommeil. Le professeur Morgado, intrigué par des patients se plaignant des muscles sans présenter de symptômes particuliers, s'est aperçu que les douleurs musculaires étaient précisément situées au niveau des fuseaux musculaires. Ces fuseaux sont très petits (entre 3 et 7 mm) et donc difficiles à étudier d'autant qu'ils sont perdus dans les millions de fibres musculaires. Enfin leur localisation varie d'une personne à une autre si bien qu'une étude in vivo est impossible.
Ces structures sont hypersensibles et peuvent répondre à des stimulations les plus petites car les récepteurs déterminés ne fonctionnent pas. Cette maladie est un problème fonctionnel et pas un défaut anatomique.

Au niveau biologique, mars symbolise les muscles, il peut donc être intéressant de se pencher sur la façon dont chacun utilise cette fonction psychologique.

accueil-container5
blockHeaderEditIcon


L’Arès grec

Dans la mythologie grecque, le dieu de la Guerre se nomme Arès. Les Grecs avaient peu d’estime pour le puissant Arès.
En fait, ils le détestaient et le considéraient avec un mélange de pitié, de terreur et de mépris.
Son rôle était très limité: il n’était que le dieu de la Guerre, et rien de plus. On l’assimilait au courage aveugle,
à la fureur et au carnage sanguinaires, et on le considérait comme une brute barbare. Mais, malgré toute sa violence et sa férocité,
il perdait la plupart des combats qu’il livrait et quittait le champ de bataille en clopinant, vaincu et humilié. Il ne cessait de se marcher sur les pieds
et d’entraver sa propre marche. Si les Grecs avaient parlé yiddish, ils auraient traité ce pauvre Arès de klutz:
c’est un être un peu idiot et très maladroit qui fait toujours tout tomber, ou renverse sa soupe sur sa chemise… 
Zeus, le dieu grec le plus respecté, détestait Arès. Dans l’Iliade, Homère lui fait réprimander le dieu de la Guerre:
Tu m’es le plus odieux de tous les dieux qui habitent l’Olympe; car toujours tu n’aimes que la discorde, la guerre et les combats,
de ta mère tu as l’ardeur insupportable, intraitable, celle d’Héra, que j’ai peine à dompter par mes paroles.
 
Mars est la fonction qui permet à l’ego de s’exprimer. Mars l’égocentrique se précipite et suit ses impulsions,
ignorant le point de vue de la conscience. Arès agit sans réfléchir ni rien prévoir.
Dans la mythologie grecque, Arès a deux écuyers qui l’assistent dans les combats et le suivent partout.
Le premier est Déimos (la Terreur) et le second Phœbos (la crainte). Ce sont les noms que l’on a donnés
aux lunes de Mars. Arès est également accompagné par Eris (la Discorde) et Enyo (la Destructrice des cités),
ainsi que par un groupe appelé les Kères, qui prennent plaisir à boire le sang noir des mourants…
Voici la bande de joyeux plaisantins qu’associent les Grecs au principe de Mars!
Le parallèle entre Arès et sa sœur Athéna me semble très intéressant. Ils sont pris dans une sorte de rivalité
fraternelle archétype. Athéna, proche du principe Balance, représente l’intelligence sereine.
La légende dit qu’elle est sortie déjà adulte du crâne de Zeus, dont elle est la préférée. Héra, la femme de Zeus,
est si furieuse qu’il ait pu concevoir un enfant tout seul qu’elle s’arrange pour donner naissance à Arès sans son intervention. 
Arès est donc né d’une vengeance, d’une revanche. Il est le produit de la rage accumulée que nous accumulons de temps à autre.
On peut remarquer cette dynamique dans les thèmes de ceux qui ont un aspect difficile entre Mars et la Lune
dans leur thème de naissance. Le corps réagit d’instinct à toute menace, et il se mobilise en répondant
par une colère défensive, qui surgit spontanément et jaillit avant même qu’on puisse la retenir. 
Une autre histoire raconte qu’Arès est capturé par deux mortels qui l’enferment dans  un pot de bronze pendant treize mois.
De manière similaire, nous emprisonnons nous aussi parfois notre énergie martienne. Il est facile d’imaginer
dans quel état se trouve Arès lorsqu’on finit par le libérer.
La racine grecque du nom Arès vient d’un mot qui signifie «s’emporter» ou «détruire».
C’est ce que fait Arès: il s’emporte et se montre très destructeur.

Roberto Assagioli, le fondateur de la psychosynthèse,
a donné une définition de l’agressivité très proche de ce côté de la nature d’Arès :
L’agressivité est une impulsion aveugle d’affirmation de soi, d’expression de tous les éléments de  son être,
sans aucune discrimination de choix, sans aucun souci des conséquences, sans aucune considération pour autrui.

Le Mars romain

Les romains pensaient qu’il y avait chez Mars quelque chose de plus positif qu’une simple expression de rage aveugle,
explosive et sans discernement. Dans  leur mythologie, le rôle de Mars comportait d’autres fonctions que celle, secondaire, de dieu de la Guerre.
On le vénérait également comme le dieu de l’Agriculture, et il était souvent représenté avec ses vaches dans les champs.
L’air satisfait. Il était en outre le dieu du printemps et de la végétation.
Pour les Romains, Mars était associé à la fertilité, à la croissance et à la culture, et au devenir.
L’origine du nom Mars est controversée, mais elle pourrait venir de la racine mas, qui signifie «la force génératrice», ou de la racine mar, qui signifie «briller».
Si la Terreur et la Crainte étaient les deux écuyers de l’Arès grec, le Mars romain avait une escorte très différente:
Honos (l’Honneur) et Virtus (la Vertu). Le Mars romain était accompagné par l’honneur et la vertu.
Il est honorable de ne pas renoncer, d’avoir confiance en sa propre valeur, de croître vers ce qu l’on est censé devenir.
Il est vertueux d’accomplir sa destinée. Les Romains croyaient que leur destin et leur mission étaient de dominer
le monde et d’imposer leur loi. S’affirmer était pour eux méritoire et respectable: cela voulait dire se conformer
à leur destin. Sur un plan négatif, le Mars romain pouvait évidemment trouver légitime de trancher la tête d’un ennemi
s’il se tenait au travers de sa route. Mais sur un plan plus positif, pour les Romains le principe Mars
voulait dire défendre ce que l’on est et avoir le courage de déployer et glorifier sa véritable nature.

accueil-titre-texte
blockHeaderEditIcon


Le Zodiaque est le champ électro magnétique des énergies formatrices
et structurantes de la vie ou des intelligences divines.

accueil_texte_pied
blockHeaderEditIcon

Ces deux forces, dites de jour et de nuit, alternent donc leur intensité respective variant en termes de plus ou moins. Il n’y a pas non-existence de l’une quand l’autre triomphe; il s’agit simplement d’une potentialité latente inapparente. 
Cela constitue un dualisme, mais ce n’est pas l’affrontement de deux forces opposées, elles sont complémentaires, inter-réagissant l’une sur l’autre, s’interpénètrent et se transforment mutuellement. Il n’y a jamais lumière absolue ou ténèbres totales; tout est dans tout: seule varie la proportion de chacun. 
 Il en est de même dans toute expérience humaine: ces deux facteurs y sont toujours présents en intensité variable.

L’Esprit et les besoins humains

Il s’agit pour commencer de définir, aussi clairement que possible, le sens donné 
au mot Esprit et le caractère d’une activité issue de cet Esprit. 
Malheureusement la langue française n’a qu’un seul mot pour désigner deux catégories essentiellement différentes d’activités, catégories que la philosophie orientale, 
plus ou moins occulte et, plus récemment, la métaphysique populaire, assez caractéristique de la pensée occidentale, opposent l’une à l’autre:

 l'activité spirituelle et l'activité mentale 


Le mot anglais mind correspond au latin mens et d’une façon générale au sanscrit manas. 

Le mot spirit, lui vient du latin spiritus. 


Traduire le mind anglais par esprit en français, c’est créer une confusion extrême, car la transformation profonde et radicale de l’être humain qui suit le Sentier mystique ou occulte, est souvent marquée par la dévalorisation du mind (donc de l’activité mentale et surtout intellectuelle) et la prédominance du spirit (l’Esprit, de caractère essentiellement «divin»).

Ce que j’appelle l’Esprit est donc essentiellement différent de ce que le français courant entend par le mot esprit (mental).

accueil-texte-pied-droit
blockHeaderEditIcon

L’énergie essentielle que peut utiliser un être humain sur le Sentier est un «don» de l’Esprit.

On comprendra peut-être plus facilement ce don si on le considère comme une réponse spéciale à un tempérament personnel particulier – d’où le besoin d’établir différentes catégories de tempéraments, chacune correspondant à un ensemble de caractères biologiques.
L’astrologie rattache ces caractères au moment de la naissance et, plus précisément, au signe du zodiaque où se trouve le Soleil quand un être humain s’identifie à la vie terrestre.
On définit douze types zodiacaux et à chacun correspond un don spécial de l’Esprit.

Le fait d’appartenir à un type particulier résulte d’un processus de différenciation 
et de spécialisation. 
Le mode d’action ainsi accent tend à dominer  la conscience;
il représente, pour la personne, la manière d’agir la plus «naturelle», donc la plus facile, 
la plus aisée et, en général, la plus efficace. 

Agir (Mars), penser (Mercure) ou même sentir (Vénus) la plupart du temps de cette façon produit peu à peu un état de déséquilibre.
L’harmonie engendrée par l’ensemble «polyphonique», pourrait-on dire, des fonctions
de l’être total, peut être détruite par l’accentuation extrême d’un seul aspect 
de l’organisme biologique ou de la personnalité.
 
Un athlète peut avec Mars 
développer sa musculature aux dépend de toute autre fonction organique; 
un professeur d’université peut dédaigner ou ignorer ce qui n’entre pas dans sa spécialité: avec Mercure sa pensée, son intellect s’est développé aux dépens de Vénus,
au dépend de sa nature affective et sentimentale.
Toutefois l’Esprit, en lui-même, n’est pas spécialisé; c’est le rayonnement 
de la totalité d’un organisme. Son action sur une personnalité spécialisée consiste essentiellement à rétablir l’harmonie des touts déséquilibrés qu’il imprègne de son pouvoir d’intégration. Ce pouvoir se manifeste en qualité d’existence et de conscience 
(ou mode de comportement) correspondant au pôle opposé de la fonction hyperaccentuée par une spécialisation à outrance.

En tant qu’entité complète et relativement indépendante, tout être humain est un zodiaque en lui-même. On trouve en lui tous les types de réactions humaines face à la vie; les qualités propres à chacun des douze signes, se manifestent chez lui à des degrés variés. 
Cependant, seule domine une ou quelques-unes de ces caractéristiques ou modes de réaction aux exigences d’une existence biopsychique sur terre. C’est précisément cette prédominance qui détermine le type d’individu, sa dominante zodiacale.
Etant donné que chaque type manifeste un trait dominant, une manière particulière de réagir, de se comporter (Mars), de sentir (Vénus) et de penser (Mercure), il aura inévitablement tendance à exagérer ses caractéristiques. Le déséquilibre qui résulte de cette exagération produit une dissonance, un «malaise» au niveau du corps ou de l’âme: une congestion ou malformation causée par l’hypertrophie d’une fonction au détriment d’une fonction complémentaire. Une plénitude extrême en un point trouve sa compensation dans le vide d’un autre: un intellect brillant peut émousser ou obscurcir les sentiments. Un regain de santé psychologique et biologique n’est possible que si quelque pouvoir cherche à rétablir l’équilibre fonctionnel de la personnalité tout entière en vivifiant la fonction atrophiée. 
Dans sa manifestation originelle, ce pouvoir est l’Esprit.

Les différents dons de l’Esprit

au type Bélier l’Esprit lui offre l’adaptabilité
au type Taureau l’Esprit lui offre le détachement
au type Gémeaux l’Esprit lui offre la non-ingérence
au type Cancer l’Esprit lui offre l’appartenance
au type Lion l’Esprit lui offre la simplicité
au type Vierge l’Esprit lui offre la tolérance
au type Balance l’Esprit lui offre l’aisance
au type Scorpion l’Esprit lui offre la non-identification
au type Sagittaire l’Esprit lui offre la camaraderie
au type Capricorne l’Esprit lui offre l’intégrité
au type Verseau l’Esprit lui offre le service
au type Poissons l’Esprit lui offre le courage

                                                                    Dane Rudhyar – Tryptique astrologique


 

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail