accueil-menu
blockHeaderEditIcon

accueil-texte
blockHeaderEditIcon
Bienvenue sur ce site d'astrologie humaniste qui vous invite à découvrir le monde des

accueil-sliders-new
blockHeaderEditIcon

Accueil gauche premier
blockHeaderEditIcon

S'individualiser n'est pas seulement souhaité mais absolument nécessaire, parce que ce processus stimule l’inconscient, créant ainsi un effet de compensation qui équilibre l’autonomie et l’arrogance du l'ego. 
Avec l'énergie de l'Ascendant, le conscient fonctionne toujours d'une manière trop unilatérale.

C’est pourquoi il faut une certaine forme de solitude et d’isolement, que l’on ressent là où Saturne est présent dans un thème astral ainsi que là où il transit. C'est une condition nécessaire, que l’on accepte entièrement de voir la réalité et que l’on ne rejette rien, afin que tout soit mis en œuvre pour notre croissance.
L’incertitude qui pèse en de telles circonstances est ce qu’il y a de plus oppressant en elle, mais il ne reste toujours qu’à unifier les deux forces antagonistes qui habitent son âme et à les faire coexister en un mariage fidèle jusqu’à la fin de sa vie. Mariage entre les énergies du pôle de l'Ascendant et du Descendant. L'Ascendant étant masculin, ce qui exprime le logos, l'activité intellectuelle et le Descendant féminin, l'eros, l'activité de l'animalité de l'âme.
Ce que l’ère du christianisme a apporté et ce que son archétype, le Christ, a tenu séparé en sa personne et, par son exemple, dans ceux qui l’ont imité, il va falloir maintenant le faire coexister en soi, car plus la première moitié de son être tend vers le bien, plus l’autre moitié s’en va vers le mal.
L'exemple donné par le monde aujourd'hui en est la plus sûre illustration. Heureusement, contrairement à ce qui s’est passé au cours des siècles précédents, où le mal et le bien se sont affrontés violemment extérieurement, allant jusqu’à une guerre de Cent ans, ensuite une guerre de Trente ans et les deux dernières guerres du vingtième siècle, l’énergie de l’ère des Poissons arrivant à son crépuscule, l’homme n’a plus l’énergie d’un barbare pour continuer avec la même dynamique.
Lorsque l’ère des Gémeaux, qui est un signe mutable, une énergie de transmutation, fut accomplie, les hommes parlaient ainsi à leur ombre: «Tu es moi», car auparavant ils avaient eu leur esprit autour d’eux comme une seconde personne. Grâce à cette mutabilité, les deux devinrent un et par cette collision advint quelque chose d’infiniment puissant, à savoir le printemps de la conscience, que l’on appel la civilisation et qui dura jusqu’à l’avènement du Christ.
Ceci est une référence aux «mois platoniciens» ou éons, fondés sur les théories astrologiques relatives à la précession des équinoxes. Chaque «mois platonicien» correspond à un signe du zodiaque et chaque ère dure environ 2300 ans. 
Aux environs de l’an 7, une conjonction de Saturne et Jupiter s’est produite, elle représente l’union des opposés extrêmes et qui placerait de ce fait la naissance du Christ dans l’ère des Poissons.
Le signe des Poissons est souvent figuré par deux poissons qui nagent dans deux directions opposées.
L’ère des Poissons désigne le moment où ce qui avait été réuni sous l’ère du Bélier se sépara en un monde inférieur et un monde supérieur, conformément à la loi éternelle de l’alternance des contraires.
Les hommes durant cette ère Bélier ont vécu dans la peur d’un Dieu appelé Yahvé, injuste et cruelle, qui créait et détruisait sans que les hommes y voient un sens.
Lorsque la force de croissance de Yahvé commença à s’épuiser, alors les contraires qui avaient été réunis se séparèrent à nouveau.
Avec l’ère des Poissons, le Christ avait rejeté tout l’inférieur en enfer, car cela allait à l’encontre du bien. Il devait en être ainsi. Mais ce qui est séparé ne peut le rester pour toujours. Les opposés se réuniront à nouveau, car l’ère des Poissons sera bientôt épuisée elle aussi. 

L’inconscient n’est pas chrétien, il ne se laisse pas dévorer et ne dévore pas non plus. C’est pourquoi il n’y pas d’amphithéâtres et de péristyles, ni de disciples qui se tiennent là en parlant de maître et en buvant ses paroles, comme un élixir de vie. Il n’est pas païen et non plus chrétien, il est un accueillant inhospitalier, un hôte pour les dieux, un survivant, un éternel, le Père de toutes les vérités éternelles.
Depuis que les hommes vivent sous un régime monothéiste et que les hommes n'honorent plus les dieux, les dieux remplissent les salle d'attente des médecins. 
Le Christ a gâté les hommes, car il leur a enseigné qu’ils ne seraient sauvés qu’en un seul, à savoir en Lui, le Fils du Père, et depuis ce temps les hommes sollicitent toujours les grandes choses de l’autre, en particulier d’être sauvés, et lorsque la brebis s’est égarée, elle accuse le berger.
Celui qui veut être entier doit accepter l'autre en lui, cet autre partie de lui-même qui se trouve à l'opposé de son conscient. C'est au Descendant qu'il va trouver ce qui lui manque pour être équilibré.
Tant qu'on n'a pas vu le pôle de son Descendant, de son inconscient, c'est lui qui organise la vie à notre place. Nous vivons ce que nous sommes, maladies, séparations, pertes, déprimes, non par punition, comme enseigné d'une manière infantile, mais pour que nous nommions ce qui se passe dans notre inconscient qui nous échappe complètement.

L’homme habité par la conscience du Soi n’est pas une brebis, car il porte en lui ce qu’il y a de plus grand, s’écoule en lui une eau d’un vase inépuisable.
Cette fontaine de jouvence s'écoule au Descendant du thème avec la qualité du signe.

Astrologiquement, le commencement du prochain éon devrait survenir entre 2000 et 2200 selon le point de départ retenu.

Nous pressentons et comprenons que la croissance a besoin des deux, du conscient et de l'inconscient, de l'Ascendant et du Descendant.

Accueil droite premier
blockHeaderEditIcon

La mortification ou nigredo et la putrefactio.
Sol et Luna terrassés par la mort après la conjonction.
Figure tirée de Psychologie et Alchimie. Buchet et Chastel

Avec la fin de l’ère des Poissons arrive celle de l'ère du Verseau qui est un signe fixe.

C’est grâce àè cette nouvelle ère nous allons commencer de faire coexister le bien et le mal, le mental avec le sentiment et l'émotivité, le masculin avec le féminin, l’activité intellectuel avec l’activité des instincts, de la nature.

Voilà pourquoi on entend en ce moment les hommes et les femmes réclamer davantage de compromis pour plus d'égalité. Pour un partage plus juste des richesses et moins de privilèges pour les classes dirigeantes.
Pour faire cohabiter les opposés, il faut cette troisième fonction qui sommeille en chacun, que l’on appelle Soi, Esprit-Saint, monade, etc. Une fonction qui est endormie depuis que les hommes ont mis « Dieu tout dehors». 

Sous l’angle de la recherche de savoir qui on est, l’astrologie humaniste permet de stimuler l’inconscient, et de créer ainsi un effet de compensation qui équilibre l’autonomie et l’arrogance du conscient, cette autonomie trop grande qui a fait que l'homme est déraciné de son âme.
Sortir d'un état de sommeil, arrêter de croire, voilà une sérieuse tâche qui est demandée aux hommes.
Le flirt intellectuel avec la vie durant des siècles trouve actuellement une fin brutale. La marche vers une conscience plus haute conduit hors de toutes les couvertures d’arrière-garde scientifiques et croyances religieuses, de toutes les sécurités saturniennes ancestrales.

Chacun est invité à répondre à cette question que Pluton pose en ce moment: «Homme qu’as-tu fait de ton intégrité? Qu’as-tu fait de l'emploi de ton pouvoir social, symbolisé par les éléments que sont Jupiter et Saturne?
Celui qui a le pouvoir ne devrait pas le perdre. La vertu de l'oubli de soi est une attitude antinaturelle qui prive celui qui la pratique de soi-même et de son évolution.
Cette intégrité perdue en Capricorne depuis que l’énergie Yang, à partir du signe du Cancer, a poussé à se socialiser, a besoin d'être retrouvée. Le tout social domine en Capricorne. L'homme a perdu sa dignité depuis que le christianisme a fait de lui un mouton. Cette dignité, il faut la lui redonner en faisant de lui un homme est pas une brebis.
Seule son intégrité peut permettre à l'homme d’aller plus loin, et seule l’intégrité peut être la garantie que sa route ne deviendra pas une aventure absurde.
Rendre conscient l’inconscient. Nous allons vers l’élévation de la nature humaine qui va illuminer la nature spirituelle.
Pour cela il faut que l'homme se connaisse, il doit savoir ce qu'il est, de qui il dépend et pourquoi et non pas qui il est lui-même. Il dépend d'une source vitale qui est une totalité divine mais inconsciente.
La solution nous est montrée par Jésus-Christ des origines, celui à qui a dit: «Avec mon âme, je m'occupe des affaires de mon Père, de son inconscient».

Citation tirée du Rosarium Philosophorum où Hermès décrit la Pierre philosophale, Soi, ainsi :«Protège-moi et je te protégerai, donne-moi mon droit afin que je t’aide, car Sol (volonté du Moi) est mien et ses rayons (les planètes) sont, de ce fait, mes organes intérieurs; mais Luna est aussi propre à moi, et ma lumière triomphe de toute lumière, et mes biens excèdent tous les biens. Je dispense de grands bien et délices aux hommes qui les désirent, et quand je me livre à ma recherche, ils reconnaissent, car je leur apprends à comprendre, et je les entraîne à posséder la force divine. C’est pourquoi il ne peut rien se produire au monde de meilleur et de plus digne de vénération que l’union de moi-même et de mon fils (de l’inconscient et du conscient)».

Accueil-gauche-texte
blockHeaderEditIcon

A propos des transits de Pluton et de Saturne en Capricorne

Alors que Pluton et Saturne transitent en Capricorne pour un certain temps encore, ils nous questionnent en profondeur sur la notion de croissance individuelle et de responsabilité pour aller vers une maturité relationnelle dans le monde extérieur. 
Cela peut provoquer une profonde remise en question du personnage que nous avons construit en Maison, là où elles se trouvent dans notre thème natal.
Sommes-nous intègre dans notre façon d’être?

Il en va de la véracité et de la vérité. 

Vérité et véracité sont deux critères très différents.
Les événements intérieurs sont localisés dans des états de conscience, pas dans des situations objectives. On n’y a accès que par la communication et l’interprétation.
Au cours de la communication on peut tenter de mentir pour différentes raisons.
En plus, on peut aussi se mentir à soi-même, se cacher à soi-même des aspects de sa propre profondeur.
D’une manière ou d’une autre, on interprète mal sa propre profondeur. L’ombre devient le lieu où on se cache de soi-même.
Alors c’est grâce aux différentes thérapies interprétatives que l’on peut entrer en contact avec sa profondeur et l’interpréter plus fidèlement.
Il ne s’agit pas de dresser une carte du monde objectif qui soit plus exacte, mais d’affaiblir les résistances et de plonger dans la profondeur intérieure pour apprendre à rendre compte de cette profondeur plus fidèlement, à la fois aux autres et – ce qui est plus important – à soi-même.
Et cela permet que votre profondeur commence à correspondre à votre comportement. Vos paroles et vos actes vont coïncider. C’est-à-dire que vous allez dire ce que vous faites et faire ce que vous dites. 

texte2
blockHeaderEditIcon

Et votre main gauche va savoir ce que fait votre main droite. C’est ce que l’on appelle généralement l’intégrité.
Voilà pour ce qui en est de la véracité intérieure.

On peut se poser la question de savoir si ce que l’on construit est fait à la base avec Soi, ce pouvoir qui a établit le caractère essentiel, la nature, la fréquence vibratoire de ce que l’on est censé être OU avec l’ego qui utilise les valeurs socioculturelles de l’époque qui nous a vu naître?

Ce pouvoir n’est pas «conscience». Le «pouvoir» n’a pas pour mission de nous dire ce que l’on doit faire et être, il n’est que «pouvoir», et étant fille ou fils de Dieu, de l’inconscient, du plérôme, je suis fille ou fils de ce «pouvoir». Il importe donc de savoir que je sache que je découle de ce que je fais du plein emploi du «pouvoir» d’être.
Faire le plein emploi du pouvoir d’être nécessite de voir pour commencer ce que ma fonction exige de moi, ceci je peux le découvrir grâce au Signe de l’Ascendant en observant la personne positive mais factice que je présente à mon entourage. Ensuite il me faut aussi découvrir ce que mon inconscient a tendance à m’imposer, cela je le découvre sur le pôle opposé, le Descendant. 
Nous sommes sur un chemin de servitude, pris au piège entre deux murs, la Persona, une façon de vivre factice qui va satisfaire les attentes de l’entourage et l’imagination artificielle de l’inconscient, l’autre mur, tant que l’on ne sait pas différencié de ces deux pôles, ce sont eux qui organisent notre vie à notre place.
Dès lors, de même que je puis distinguer ce que ma fonction exige de moi et attend de moi de ce que je veux, je puis apprendre à faire la distinction entre ce que je veux et ce que mon inconscient a tendance à m’imposer.

accueil-titre-texte
blockHeaderEditIcon

Planètes transpersonnelles, Uranus, Neptune et Pluton sont des forces créatrices

accueil_texte_pied
blockHeaderEditIcon

Elles représentent les 3 portes de transformations au cours de notre vie. Elles sont 3 grands défis pour notre façon saturnienne d’être, c’est-à-dire notre façon de nous référer au passé pour juger de quelque chose.

Uranus sert à ouvrir l’œil de Dieu, éveil spirituel qui souvent se traduit par une suite de très profondes révoltes et par des transformations presque obligées parce qu’on est confronté à l’inhabituel, à l’inattendu, une nouvelle conscience cherche à naître, c’est-à-dire changer notre regard mental. On est déboussolé, désarçonné, on ne sait pas où on va. Uranus travaille sur un plan mental.
Le grand danger d’Uranus est le pur esprit, c’est-à-dire de rester toute sa vie dans un état idéal, parfait et tout comme le mythe nous le montre de ne jamais vouloir concrétiser, que cet idéal se concrétise parce que ce serait tellement merdique, tellement mortel, ennuyeux. Uranus propose la transformation véritable, c’est-à-dire accepter des choses qui auparavant nous ennuyaient parce qu’on avait un autre regard. Il y a des gens qui passent leur vie à chercher leur meilleur métier, leur meilleure relation, etc., alors qu’elle est là en eux, mais on peut dépenser énormément de temps à chercher quelque chose qui existe en dehors de soi, ça s’appelle de la projection et on projette Uranus, Neptune, Pluton avec mille fois plus de force qu’une autre planète. On peut passer sa vie à courir après une image idéale qui ne pourra jamais s’incarner, parce qu’évidemment tout le travail est à faire en soi, en commençant de faire une transformation de son propre regard. On projette sur quelqu’un quelque chose de génial et d’extraordinaire, alors que le génie et l’extraordinaire sont en soi. 

Premier temps, celui d’Uranus: je bouleverse complètement mes idées sur le monde, sur la vie, mais AUSSI SUR MOI-MÊME, en commençant par discriminer au maximum, d’une façon Vierge, avec un esprit pointilleux même égoïste pour justement mettre cet ego à sa juste place en choisissant un chemin spirituel.

Deuxième temps, celui de Neptune: Neptune nous demande de dépersonnaliser; évidemment notre petit ego ne va pas aimer, car il va falloir mettre de côté l’importance que l’on donne à notre petite personne et ça l’ego n’aime vraiment pas. C’est dramatique de le faire si on n’est pas prêt à le faire parce qu’à ce moment-là on tombe dans le complexe du sauveur, du messie.
 

accueil-texte-pied-droit
blockHeaderEditIcon

Dissoudre les résistances ne se fait pas comme ça, car s’il y a résistance il y a peur. La peur est un signal d’alarme valable, c’est notre image de la peur qui est fausse. On n’est peut-être pas prêt à affronter la peur, c’est notre jugement de la peur qui est fausse.
Ne pas juger, mais accepter sa peur, c’est déjà la vaincre. Tout le monde a  peur, c’est complètement humain. Symboliquement, c’est Saturne et la Lune qui ont peur parce que ce sont encore des obédiences du passé, mais psychologiquement parlant il faut aller au cœur de ses résistances, de ses peurs, les affronter et les franchir en toute conscience. Dissoudre les résistances est un travail neptunien et derrière ça il y a l’idée d’une fraternité universelle, car le mythe de Neptune c’est la communauté idéale que tout le monde recherche à un niveau ou à un autre.

Uranus est l’acteur de l’insoumission, être insoumis là où il se trouve, c’est là où l’individu brandit l’étendard de sa liberté, liberté, libertinas = ne plus être esclave, il y a aussi liber libri, le livre, ce qui nous permet de nous délivrer. L’Eglise disait: «Il y a ça et ça, un purgatoire, un paradis, etc.», un jour Coppernic et Galilée se disent: «Qu’est-ce qu’on me raconte, je veux vérifier», ils usent de leur liberté. 

Le premier carré croissant de Pluton est une crise d’action, indique l’incarnation de quelque chose, c’est du concret, c’est le chiffre 4 et se rapporte à la matière. Quand Pluton arrive à son premier carré, c’est le moment de se purifier, c’est faire le vide pour devenir plein d’autre chose. C’est Pluton qui symbolise la mort physique et symbolique, le feu qui se dégage de l’atome. Là où se trouve Pluton dans un thème, la personne est invitée à une renaissance totale et à passer à un nouveau plan de conscience, Uranus, et Neptune ne suffisent pas, il faut que ça passe par Pluton.

Uranus, Neptune, Pluton veulent nous bouleverser. Uranus sur le plan des idées, Neptune des émotions et des sentiments et Pluton sur notre manière égocentrique d’agir, car là où se trouve Pluton, la personne possède encore un goût pour le pouvoir de domination. Leurs buts, c’est de nous relier à une autre dimension, mais il va y avoir résistance car il y en a un qui n’aime pas du tout, du tout, du tout bouger, c’est le grand maître des peurs initiatiques, le grand maître de sagesse Saturne.
Au départ, Saturne va avoir bien raison de résister parce qu’Uranus, Neptune, Pluton avant toute chose, ce sont des énergies collectives. 

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail
*