accueil-menu
blockHeaderEditIcon

accueil-texte
blockHeaderEditIcon
Bienvenue sur ce site d'astrologie humaniste qui vous invite à découvrir le monde des

accueil-sliders-new
blockHeaderEditIcon

accueil titre tete
blockHeaderEditIcon

Un automne chaud pour les personnes nées sous le signe du Bélier, mais pas seulement

accueil_gauche_mars_retro
blockHeaderEditIcon

Chaque planète représente une particularisation de l’énergie vitale (ou, dans un autre sens, une fonction de la totalité de l’organisme humain). Quand cette planète est rétrograde, l’énergie vitale ou la fonction psychologique qu’elle représente n’agit plus selon sa nature spontanée. Elle agit selon le besoin de la personnalité consciente. Le besoin de la personnalité prend le pas sur la libération naturelle de la force vitale; cette dernière est donc utilisée par le besoin. De cette façon, l’ego conscient a l’occasion et la possibilité de faire face aux résultats de ses propres volontés, de ses sentiments (Vénus) et de ses pensées (Mercure).
Une planète rétrograde signifie: l’essai de réparer un tort ou l’adaptation à une initiative antérieure ou encore une préparation délibérée à certaines activités nouvelles.

Ainsi quand Mars est rétrograde, comme en ce moment du 10 septembre au 14 novembre, l’humanité tout entière (ou tous ceux dont le thème est affecté par cette opposition particulière Soleil-Mars ) se trouve affrontée au problème: comment comprendre le plus totalement possible la signification de la fonction Mars.

Que nous apporte Mars?
Il nous dote de la volonté de toujours nous développer davantage
vers ce que nous sommes ou pouvons devenir.

Il importe d’être absolument objectif vis-à-vis de cette signification, de vouloir l’accomplir clairement en actes, en surmontant tout ce qui tendrait à la confusion subjective dans la conscience et le comportement. Voilà le besoin de  l’humanité tout entière, et, surtout, des personnes plus particulièrement touchées par cette rétrogradation, d’amener au plus près des réalités terrestres le résultat de sa façon d’agir en général, mais surtout des décisions prises depuis la dernière conjonction Soleil-Mars, c’est-à-dire du 2 septembre 2019. Nous ne pouvons plus différer le besoin de réparation ou de rectification.
Ce qui arrive en ce moment a sa source dans la conjonction antérieure du Soleil avec Mars. Autrement dit, le pouvoir libéré instinctivement, émotionnellement, inconsciemment depuis le 2 septembre 2019, peut être connu objectivement, consciemment, en fonction du but de la libération de ce pouvoir.
Les regrets et les remords ne sont d’aucune utilité. Il faut UTILISER l’occasion de redresser nos torts, de nous déciller de notre aveuglement spirituel et social. Inutile de vouloir rendre la vie responsable de ce qui nous arrive, car c’est nous qui, en premier lieu, avons essayé de dicter notre volonté immature à la vie, nous qui avons manqué l’occasion de mûrir à l’âge naturel pour un tel développement durant ces 12 derniers mois.
Voilà pourquoi il y a souvent des crises quand Mars est rétrograde, des éclats de feu, de paroles, de gestes, de la violence et des conflits. Ce n’est pas une fatalité; on pourrait l’éviter. Mais la pression exercée par nos fautes antérieures est souvent si lourde que nous ne pouvons ou n’osons lui résister, nous lui cédons. Mars devient un vengeur, une force destructrice.

La solution pour l'emploi de l'énergie du Bélier: L'ADAPTABILITE

Cette pression est précisée par l’emploi que nous avons fait de l’énergie du Bélier durant ces 12 derniers mois; et aujourd’hui, puisque Mars est rétrograde en Bélier, le Bélier nous indique la qualité d’être qu’il faut utiliser pendant la rétrogradation pour trouver la solution aux problèmes. Cette qualité est l’ADAPTATION, adapter sa façon d’agir en tenant compte des autres, de l’endroit, de la situation et des circonstances avant d’agir, une attitude pas évidente quand on s'est spécialisé, quand on agit de façon naturelle avec l'emploi de cette force qui pousse à vouloir toujours ce qu'on veut. Mais rappelons-nous que l'Esprit n'est pas spécialisé, l'Esprit cherche toujours à rétablir l'équilibre là où l'homme exagère. Les Maisons liées par l’opposition Mars-Soleil préciseront encore davantage, en fonction des circonstances personnelles, l’endroit, le champ d’expérience où nous devons revoir radicalement notre façon d’agir, ainsi que les désirs qui motivent et animent notre conduite.

Mars gouverne le désir

Agit veut dire avancer vers un objet ou une personne et, pour agir il faut utiliser ses muscles. Mars se rapporte donc à toute activité musculaire, que ce soit inconsciente (dans le cas de nos activités organiques, instinctives, auto-régulatrices) ou conscientes: quand nous désirons atteindre quelque chose ou communiquer avec quelqu’un, ou échapper à un danger ou jouer à un jeu d’adresse, le mouvement et le désir qui est derrière le mouvement sont conscient et plus ou moins délibérés. Mars gouverne le désir ou l’émotion et le mouvement destiné à le satisfaire. Ainsi, Mars montre comment nous réussissons à mobilier nos énergies émotionnelles pour atteindre ce que nous désirons intensément.
Pendant cette période de rétrogradation, face au constat du résultat de sa façon d’agir, l’homme se sent imprégné d’un sentiment d’impuissance totale, qui devrait le faire se replier sur lui-même et l’obliger à scruter ses profondeurs, sa propre économie interne.
Le désir seul est aveugle, il ne fait que de s’emparer des images qui lui sont procurées par les desseins de son âme, images qui sont les dominantes de son inconscient. C’est pourquoi la tâche de rendre conscient l’inconscient appartient à l'être humain et pourquoi c’est si important de s’individualiser.

Activité confuse

Des problèmes surgissent inévitablement en faisant l’emploi d’une fonction psychologique et ici parce que c’est Mars, cette libération martienne d’énergie instinctive et émotionnelle est le plus souvent confuse, aveugle, sans but précis et presque toujours égocentrique. Une activité aussi égocentrique, aussi confuse – activité le plus souvent dominée par les fantômes de nos frustrations antérieures et de nos insuccès – conduit, au mieux, à des situations tendues et, au pire, à des tragédies. On peut voir en ce moment ce qui se pas avec le Brexit, l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont au bord d’une «guerre d’envergure», conflits d'egos en France sur le plan sanitaire, etc.

accueil_droit_mars_retro
blockHeaderEditIcon

Cela se passe entre le moment de la conjonction, le 7 août et celui de l’opposition le 14 octobre, et surtout, autour de l’aspect Soleil carré Mars, le 10 septembre.
Après ce carré, Mars avance toujours, mais la pression de tout ce qui ne «tourne pas rond» augmente et ralentit l’initiative de Mars jusqu’à ce que la planète semble s’arrêter: Mars est stationnaire rétrograde et la boucle en direction de la Terre – donc en direction de nous-mêmes – commence à se former, de sorte que symboliquement, l’image de Mars grossit de plus en plus, s’impose de plus en plus à la conscience. Il faut maintenant trouver une solution, d’une manière ou d’une autre, au problème martien.
Si, le 14 octobre, nous trouvons la bonne solution, alors les difficultés que nous avons rencontrées ne l’auront pas été en vain; savoir et sagesse sont nés de la confrontation intime avec Mars. L’ego conscient (symbolisé par la Terre) a été plus ou moins effrayé mais est devenu plus sage, plus mûr.
Et pendant la deuxième moitié de la période de rétrogradation – et même jusqu’à la conjonction Soleil-Mars suivante, le 9 octobre 2021 – nous devrions pouvoir assimiler, incorporer dans la conscience ce que nous aurons appris et, ensuite, le démontrer efficacement  dans nos vie de tous les jours.
Mais, si l’approche de Mars, le 14 octobre, a provoqué une peur destructrice, une angoisse subite ou une réaction passionnée, sous forme de violence ou de fuite de la confrontation, alors la fin du cycle Soleil-Mars ne fera qu’ajouter de la confusion, augmenter l’égocentricité, la violence, les tragédies, les ajoutant au lourd fardeau que l’ego porte déjà et qui l’a empêché de saisir l’occasion offerte par Mars.
Tout dépendra donc de ce que l’ego se voit capable de faire quand Mars s’approche de nous et nous met au défi de comprendre sa nature plus objectivement, sagement, de manière plus réaliste et plus accueillante.
Ce qui est dit ici s’applique également aux nations, qui ont leurs «egos collectifs» et affrontent le monde international avec peur, selon leurs intérêts propres ou en fonction de rêves orgueilleux d’expansion qu’elles soutiennent avec violence cachée ou non.
Nous pouvons maintenant comprendre que lorsque Mars est rétrograde, nous avons l’occasion, et même le devoir de réviser nos actes passés (et aussi nos abstentions) à la lumière d’une compréhension nouvelle qui nous incitera à agir mieux à l’avenir.
Ce qui fut un remords ou une profonde blessure psychologique peut être vu comme une partie nécessaire de notre entraînement, une bénédiction déguisée, puisque le sens que nous donnons à la blessure aura changé. En regardant l’événement passé d’une manière nouvelle, nous aurons transformé son souvenir en nous et, aussi, cette partie de nous-mêmes qui a été flétrie par le sentiments de regrets ou de remords. En changeant le sens d’une action passée, nous transformons vraiment cette action et nous pouvons lui donner une nouvelle orientation, une nouvelle intention plus constructive.
Cela ne veut pas dire que cette transformation soit chose facile. Quelque chose en nous a tendance à résister à nos efforts; d’une façon ou d’une autre, le souvenir de l’expérience pénible ne veut pas être dérangé. Il y a tendance à s’apitoyer; il faut donc du courage pour prendre une attitude plus constructrice. Néanmoins, quand Mars est rétrograde, les conditions de la vie tendent à aider un tel revirement, de la sorte, l’analyse de soi ou une transformation de ses propres mobiles est, à ce moment-là facilitée.

Texte en partie tiré de «Les Planètes» écrit par Alexander Ruperti, ostéopathe de profession et astrologue humaniste
Infographie: Christian Donzé

accueil titre plongeoir
blockHeaderEditIcon

————————————————————————————————————

Fin d'un cycle de 250 ans en Capricorne avant le début d'un grand changement en Verseau


Cette triple conjonction aura lieu à partir du 1er juillet. Elle ne s'est pas produite depuis 6594 ans. C'était l'époque du Néolithique, qui succèda au Mésolithique, qui fut une période marquée par de profondes mutations techniques et sociales, liées à l’adoption par les groupes humains d’un modèle de subsistance fondé sur l’agriculture et l’élevage, et impliquant le plus souvent une sédentarisation.

Les dirigeants influents de la planète cherchent à instaurer un nouvel ordre mondial sous le masque d'un humanisme douteux, visant à l'instauration d'une vision unilatérale sur le plan économique, politique, scientifique et religieux. La tentation est forte chez certains de se servir de  l'énergie capricornienne avec Pluton (attitude dictatoriale) pour la mettre au service de leurs ambitions égoïstes. Napoléon Bonaparte avait Pluton en Capricorne.
Le retour de Jupiter et Saturne direct durant le mois de septembre risque de modifier l'ambiance du début de l'automne. L'apathie, l'inertie et le sentiment de passivité qui nous auront accompagnés durant l'été va laisser place à un besoin réactionnaire face au vouloir des classes dirigeantes. L’âme de très nombreuses personnes est un ferment et une nouvelle semence d’Être va naître.

accueil_gauche_zorro
blockHeaderEditIcon

 Jupiter et Saturne transforme le Soi (l'âtman pour les bouddhistes) en ego-roi 

Uranus, Neptune et Pluton ont toujours existé dans le système solaire, mais leurs découvertes successives en 1781, 1846 et en 1930 reflètent les puissances de nos profondeurs, une expansion extraordinaire de la prise de conscience humaine et la conviction grandissante qu’il existe des forces collectives en action qui dépassent les petits mondes limités que constituent l’individualité, la famille, la communauté, la société et le pays.

Pluton met en lumière ce que les hommes ne veulent généralement pas voir, l’ombre, préférant laisser certaines choses en latence afin d’éviter d’avoir à les gérer. 
Refouler l’ombre est une attitude propice à toutes sortes de névroses. La manière dont la civilisation occidentale et le monde chrétien envisagent le problème du mal avec la thèse de la privatio boni, le mal comme simple «privation» ou «absence» de bien va nous apparaître peu satisfaisante, parce qu’elle minimise la réalité du mal et élude le problème fondamental des tendances opposées à l’œuvre dans la psyché.
Ce refus de notre civilisation d’accorder au mal autant de «réalité» qu’au bien est accompagné de conséquences désastreuses pour un individu comme pour la collectivité.

 C’est ce que l’on va voir arriver maintenant, comme avec Zorro, le cavalier noir surgissant dans la nuit pour éclairer nos fausses valeurs. Pluton aimerait que l’on abdique avec notre pouvoir égocentrique, mais c’est difficile parce que l’expérience neptunienne durant cette ère des Poissons qui nous a poussés à faire partie d’un ensemble n’est pas assez faite. L’individualisme a pris le pas sur l’individuation, devenir une totalité. Une nouvelle conscience cherche à naître dans la psyché avec de nouveaux idéaux dans le champ d’expériences que Pluton occupe et ça passe par le fait de mourir à certaines valeurs dans le domaine de la Maison natale capricornienne afin de vivre une totale renaissance. 

Si Uranus et Neptune représentent l’inconnu par rapport à notre ego conscient, Pluton nous réveille à des couches inconscientes, profondes, effrayantes, dans la Maison qu’il transite en ce moment dans notre thème, parce qu’il nous met en contact avec les forces brutes capricorniennes qui sont dans la nature humaine, la rigueur, la froideur, l’intolérance, l’avarice, tout ce que la société utilise comme moyen pour écraser la différence, mais qui sont restées enfouies beaucoup trop longtemps parce qu’on n’a pas voulu y faire face et les assimiler en temps voulu. Comme des enfants, nous n’avons pas voulu grandir (Cancer) et être intègre, toujours dans les jupes d’une mère quelconque, refus de grandir dans une réalité intérieure en passant d’un attachement à la mère, à la femme, à la famille, à un syndicat, à une religion, à l’astrologie, à un parti politique, à une secte, à la science, tout cela par manque d’autonomie, par peur de sa diversité.
La civilisation a créé des ghettos, on a concentré les hommes dans des supermarchés, des tours de 300 étages, des usines, des bouchons sur les routes, des stades de foot, des trains bondés, l’humain s’est fondu dans la masse. Il va être difficile de passer dans l’ère du Verseau, une énergie personnalisante, on peut l’observer cette difficulté avec le confinement imposé par une pandémie. Le Cancer, signe opposé au Capricorne, est la possibilité d’être relié à soi-même pour jouer un rôle, le fait de devoir un jour se dire: «Tiens, je suis UN individu, je sens le besoin de me consacrer à quelque chose, d’être responsable au détriment de ma liberté». 

accueil_droit_zorro
blockHeaderEditIcon

Pour pouvoir avoir le sens son appartenance au monde, il faut commencer par une prise de conscience de sa sensibilité personnelle (Cancer) par rapport à des obligations sociales, ceci étant l’ombre du Capricorne, il se cache de manière impersonnelle derrière les cadres de l’ordre social, utilisant la force si nécessaire pour les faire respecter.

Tous les 246 ans, avec le passage de Pluton en Capricorne, il y a «crise du système», effondrement d’un ordre ancien et refonte... avec la nécessité de réinventer un contrat social qui incarne les aspirations de l’époque nouvelle, en tirant les leçons du règne finissant. L’enjeu n’est pas de mettre des pansements sur un ancien système qui se fissure, mais de métamorphoser. Lorsque Pluton est entré en Capricorne en 2008, la crise financière (subprime...) a marqué un point de non-retour, en rendant visible dégâts humains et incohérences. Le « changement de système » deviendra plus fulgurant en 2023 avec l’entrée de Pluton en Verseau: ruptures plus radicales, l’enjeu étant celui d’une innovation sociétale. Sur un plan personnel, cette période est très formatrice, elle nous invite à développer de nouvelles responsabilités et une plus grande maturité. Le Maître intérieur et la Loi intérieure. «Qui fait autorité ? Quel est ton maître?»

Pluton, le justicier de l’invisible, la vérité de «ce qui est», la révélation du caché (abus, mafias, corruptions...) vient transformer ce qui empêche la vie d’être et ce qui empêche la vie d’être c’est le conscient individuel et collectif. Métamorphoses, morts et renaissances de ce qui fait autorité/pouvoir, changement de colonne vertébrale, d’équilibres, de gouvernances. Pluton nous fait passer par des phases de destructions et créations. Maître du Scorpion, Pluton est le phénix qui renaît de ses cendres.
Les risques viendront de la résistance des pouvoirs en place, tendance à la dictature, usage d’une autorité négative (surveiller et punir), violences structurelles. Mais aussi effondrement de certaines organisations devenant obsolètes, car incapables de muter (finances, religions, partis politiques). Pluton n’est méchant qu’avec des gens qui se cramponnent à certaines formes collectives de pouvoir qui doivent être dépassées. C’est l’élément qui réduit tout à l’essentiel pour un individu qui perd tout suite à un cataclysme, c’est un événement plutonien, alors que pour celui qui est identifié à ses possessions, c’est un événement épouvantable. Mais de là peut naître justement un état d’esprit qui enfin réalise que les possessions ne sont pas tout, que ce n’est pas aussi important qu’on le croyait et on va vivre dorénavant en fonction de ce qui est plus essentiel.  On peut aussi lier Pluton avec ce qu’on appelle l’expérience du vide qui est la base de certaines techniques orientales, dont la technique de Krishnamurti, qui nous a démontré comment il fallait se détacher dans le sens bouddhiste du terme, pas ceci, pas cela, ce n’est pas ça qui compte. 
Il n’y aucun sentiment à attendre de la part de Pluton, on peut donc imaginer que l’humanité va devoir devenir un peu moins raisonnable et laisser au vestiaire notre intelligence directive et rationnelle qui occupe la première place dans le monde d’aujourd’hui.
Il y a deux formes d’intelligence, l’intelligence directive et l’intelligence imaginative.
Il va falloir sortir de l’intelligence directive qui nous a conduits à l’intelligence scientifique (médi qui ment, vaccinations) et artificielle (5G), qui n’est pas immortelle, nous le voyons et le verrons de plus en plus en allant vers cette fin d’année 2020.
L’intelligence imaginative nous vient tout droit de l’âme, c’est elle, cette inspiration créatrice qui va nous permettre de réhabiliter le féminin, le physique et le démoniaque (l’ombre).

Jupiter et Pluton vont se rejoindre mi-novembre

Face à l’inconnu, il y a toujours une réaction première au niveau de Jupiter, l’orgueil de dire je sais, la résistance, «non!». Pluton cherche à modifier cet élément dit egocentrique en nous et à la place de nous incliner, d’être réceptif, nous faisons un grand jeu de résistance, nous voulons dominer la situation avec arrogance en exagérant et ça devient un problème de pouvoir, mais c’est notre réaction, notre façon d’agir qui fait de cette expérience un problème de pouvoir. Nous souffrons quand nous réprimons violemment les forces de notre inconscient qui cherchent à irriguer notre conscient.

L’atmosphère va se durcir ces prochains mois: Qui fait autorité ? Dans nos vies, sur nos vies. Qui fait la loi? Quels écarts entre la loi (le droit actuel) et le sentiment de moralité? Avec Jupiter en Capricorne, un des problèmes est l’épaisseur des murs entre les personnes et le durcissement des logiques hiérarchiques et pyramidales.

Sur un plan personnel, nous pourrions sentir cette pression, et être amenés à travailler sur notre passé et nos conditions de vie. Jupiter évoque un principe d’élévation intérieure et/ou sociale (gravir les cimes) et un besoin, là où on occupe une place dans la société de se consacrer à la bienveillance plutôt qu’a vouloir commander et s’enrichir sur le dos du plus grand nombre. L’âge de raison invite à une maturité affective, à la connaissance et à l’action juste (Pluton). 

Si ce principe d’élévation intéresse de façon exagérée celui qui est dominé par l’ego jupitérien, qui fait de lui une personne qu'il tient de Jupiter, le dieu romain qui gouverne le ciel, la terre et tous les autres dieux et qui en a le caractère arrogant, impérieux et dominateur, eh bien dans les mois à venir, il lui faudra admettre de se voir retirer le pouvoir qu'il s'est injustement attribué et descendre de son trône.

Le 29 septembre 2020

accueil conjonction gauche
blockHeaderEditIcon
 

La conjonction Pluton sur Saturne durant l’année 2020 fait monter la pression

Et ce qui va faire que la chaudière explose, que l’abcès éclate, c’est le carré d’Uranus à Saturne en février 2021. A ce moment-là, on trouve en conjonction Uranus, Mars et la Licorne en début du signe du Taureau.
Ce qui était sous le contrôle de Saturne-Pluton, ce qui tenait les choses et maintenait tout ça en ordre avec beaucoup d’autorité en Capricorne perd de sa force.
Depuis le signe du Taureau, Uranus observe les planètes qui viennent chez lui, puisqu’il est le maître du Verseau.
Un changement énergétique a lieu avec ces planètes qui entrent en Verseau.
Uranus ne s’occupe pas du passé, il ne s’intéresse qu’à l’avenir.
Début 2021, on se trouve dans un nouvel équilibre au niveau des instances internationales qui sont balayées.

Concrètement c’est l’effondrement d’un système libéral mondial, d'une moralité conservatrice, accompagné d’une certaine forme de violence.

Accueil conjonction droit
blockHeaderEditIcon
 

Ce qui va se passer jusqu'à la fin de 2020, c'est que la pression de la frustration va augmenter et tout à coup ce sera la perte des repères.
La puissance née en Capricorne qu'une minorité de privilégiés s'est appropriée et qui contrôle le monde est en train de disparaître, ce qui va entraîner un profond déséquilibre.
Les personnes au pouvoir vont se réfugier dans leur bastion, au sommet de leur tour pour augmenter leur autoritarisme.
Grâce à Neptune en sextile entre le Capricorne et le Taureau, on a la chance d'échapper au pire.

Vous l’avez certainement deviné, il est préférable d’accompagner le changement dans le champ d’expérience où se trouve le plongeoir. A chacun de voir dans quelle Maison de son thème se trouve la triple conjonction Jupiter-Saturne-Pluton en ce moment.
Il faut accompagner les Dieux de l’Olympe, (les planètes, nos fonctions psychologiques), car si l’on ne les honore pas, ils remplissent les champs de bataille de morts et les salles d’attente des thérapeutes.

accueil_gauche_astro_esoterique
blockHeaderEditIcon

Astrologie ésotérique

L’astrologie populaire n’est pas celle, profonde, des connaisseurs. Comment gagner à la loterie, dois-je épouser Pierre ou Paul, à quelle heure dois-je signer ce contrat pour qu’il me rapporte beaucoup d’argent, voilà certes des questions qui intéressent notre société occidentale, auxquelles il peut même être possible de donner des réponses, mais que nous sommes loin alors de l’Astrologie sacrée des Anciens.
L’astrologie ésotérique, celle qui ne peut être comprise qu’après un long cheminement à travers soi, celle que connaissaient jadis quelques rares initiés privilégiés, doit nous révéler les structures premières du monde. Elle est le reflet dans le ciel des structures psychologiques universelles, elle explique les structures de l’âme, elle est la clé mystérieuse de nos mondes intérieurs.

Mais pour atteindre cette connaissance nous devons revenir en arrière, retrouver les fondements psychiques qui furent à la base de la création de l’astrologie, qui se perd dans la nuit des temps. Jadis le prêtre, le médecin et le savant, n’étaient qu’un même homme, le savoir n’était qu’un, car tout était le reflet de la grande harmonie universelle qui reliait le haut et le bas, le ciel et la terre, les forces cosmiques et les réalisations vivantes.  Dans tous les temps, l’homme s’est demandé dans quelle mesure son thème astrologique prédéterminait son destin. Il est intéressant de savoir comment la tradition ésotérique envisageait le problème difficile du déterminisme astrologique.  Les couloirs de la Grande Pyramide du Guizeh possédaient un carrefour où se croisaient couloir descendant et couloir ascendant. En entrant dans cet extraordinaire monument initiatique l’adepte commence par descendre un couloir bas, dont la pente est calculée suivant le symbolisme ésotérique. Cette première partie du circuit sacré montre comment l’homme, dans le début de sa vie, est naturellement entraîné par une gravitation du destin, comme la pierre tombe naturellement sous l’effet de la gravitation. C’est la période où l’homme subit sans en avoir conscience, le déterminisme de ses signes astrologiques, où il est entraîné à avoir un comportement déterminé à l’avance par son caractère astral.

Mais après avoir parcouru un tiers de ce couloir descendant l’adepte arrive au carrefour, à la croisée des chemins, au moment du choix volontaire. Ce tiers correspondait symboliquement à l’âge fictif de 33 ans, soit 100/3. Là, deux voies s’ouvrent à lui. Ou bien il continue le couloir descendant, qui le mènera inéluctablement à la chambre de la folie, située au niveau souterrain, et où tout est à l’envers; alors il continue à subir la gravitation naturelle de son destin premier et il voit s’accentuer tous les caractères négatifs de son thème astral, ce que les gnostiques appelaient «la corruption de destin».
Ou bien au contraire il reprend son destin en main et se dirige vers le couloir ascendant dont la pente est la même que celle du couloir descendant mais redressée. Il pourra alors mettre en valeur les caractères positifs de son thème astral et maîtriser son propre déterminisme par la connaissance, la lucidité, la sagess et la volonté. Il aura franchi la dangereuse corruption du destin. Ceux qui n’ont pas aperçu le carrefour finissent par devenir des caricatures des signes astrologiques au fur et à mesure que la vieillesse s’avance, les caractères les plus outrés se manifestant.
Homme et non pierre, l’initié réalise que dans son destin profond se trouve inscrit la nécessité de s’opposer à son destin premier déterminé par les astres. Il découvre la vraie liberté. 
Les dieux proposent, mais alors l’homme dispose. Il reprend l’évolution zodiacale un instant menacée par la «corruption du destin». Il va franchir les portes dont la plus importante est celle Scorpion-Sagittaire.
Dans le monument l’adepte était entré au niveau de la surface, ce qui est normal car la naissance première est bien une incarnation, une entrée dans le réel de la surface. Le premier couloir le ramenait au niveau souterrain et le premier carrefour le faisait revenir au niveau de l’homme. C’est pourquoi le couloir ascendant ramène au même niveau que celui de l’entrée vers le deuxième carrefour.
Là, l’adepte trouve à nouveau deux voies: l’une continue horizontalement au niveau de l’homme de surface pour l’amener dans la chambre dite improprement «chambre de la Reine». L’autre, montante, large et glorieuse, suivant le chiffre sacré du 28, l’amène au niveau céleste pour déboucher dans la chambre d’initiation, dite «chambre du Roi». La chambre de la Reine est exactement au-dessous de la chambre royale et elle contenait une statue qui était le double du Roi et représentait donc son enveloppe corporelle. Cette chambre du niveau 2, celui du Fils incarné dans la matière, n’était pas du tout un lieu maudit, bien au contraire car la réalité doit être assumée.
Ces concepts de la double (et même triple) destinée et du choix volontaire existaient chez les Egyptiens et depuis furent perdus; on les retrouve encore chez certains gnostiques chrétiens des premiers siècles, ainsi que chez certains initiés occidentaux.
Au Moyen Âge, l’imagerie symbolique faisait partie de la mentalité des alchimistes. Ils avaient pour habitude de cacher le vrai sens de leurs travaux. Ce que le mot ne pouvait exprimer qu’imparfaitement, voire pas du tout, les alchimistes l’ont confié à l’image. Ils parlaient notamment d’une fontaine de jouvence d’où coule un élixir de vie, une nourriture de vie. Autre image, celle de l'arbre de l'immortalité dont les fruits apportent le salut par des effets moraux. Un salut obtenu par la pratique des qualités dites «libres» ou «évoluées» décrites ci-contre.

Car les fruits de cette graine fournissent l’aliment de vie qui descend du ciel. Quiconque en mangera vivra sans ressentir la faim! Car de ce grain les pauvres se nourrissent et ils seront rassasiés et ceux qui cherchent le Seigneur le glorifieront, et leur cœur vivra pour toujours. Citation d’Alphidius dans l’Aurora. On peut comprendre qu'en écrivant cette citation, l'alchimiste disait en le cachant que quiconque utilise les qualités divines latentes dans son inconscient, a toutes les chances de vivre une vie exente de toutes les souffrances psychologiques et physiques, alors que le côté gravitant offre toutes les garanties d'une vie au destin corrompu par l'éducation, le conduisant à la chambre de la folie.
Aujourd’hui avec la psychologie, en parlant de l’inconscient, nous parlons de l'arbre de l'immortalité et pouvons tirer un parallèle avec les douze signes du zodiaque contenant l’esprit de vie comme semence spirituelle, «par la roue et la main du très haut et tout puissant potier», cette substance terrestre dans laquelle les rayons du soleil sont rassemblés et retenus. Le feu qui anime cette roue est une «semence spirituelle», que notre âme la Vierge recueille en elle, parce que la virginité immaculée permet un «amour spirituel». Analogue à Marie puisqu’elle est pure, sans tache, rendue enceinte par une semence qui est un «feu soufré». Un or «spirituel», le côté «libre» des signes du zodiaque en vert ci-contre, et en même temps le moteur initial qui fit tourner la roue et qui fait tourner en rond son axe.

accueil_droit_astro_esoterique
blockHeaderEditIcon

Apercevoir le carrefour et changer la descente en montée par le choix, comprendre la nécessité de ce choix pour la survie de l’homme, tel était le départ de l’initiation. Ce carrefour correspond parfaitement au passage sacré Scorpion-Sagittaire. 
Ce puissant symbole se trouve aussi décrit dans la sixième lame majeure du Tarot, l’Amoureux. Un homme jeune hésite devant deux voies que lui indiquent deux femmes, l’une à sa gauche, jeune et belle, lui montre la voie descendante et l’autre à sa droite, vieille et sévère lui montre la voie ascendante. Au-dessus, un ange est prêt à tirer une flèche (le Sagittaire). C’est donc ainsi que dans l’astrologie ésotérique se dévoilent tous les secrets profonds de nos mondes intérieurs et tous les éléments de la double destinée de l’homme et de l’humain. Elle est la description la plus parfaite des harmonies universelles et des liens entre la vie et l’univers, entre les vies et les univers.
Sur le plan astrologique, nous voyons alors que l’interprétation d’un thème natal dépend du point d’évolution où peut se trouver le né dans le circuit initiatique que symbolise sa vie. Un signe zodiacal, tout comme une planète, possède des caractères qui peuvent sembler primitifs et négatifs à un certain degré d’évolution, pour se montrer positifs et évolués à un autre niveau. Si l’homme ne franchit pas les portes sacrées de l’évolution, ce sont les côtés primitifs qui vont devenir outranciers.
Hélas, il est très difficile, sinon impossible, de déceler à la simple vue d’un thème le degré d’évolution du sujet. L’être spirituelle a un certain niveau de conscience au moment de la naissance, que le thème ne dit pas, alors que l’ego a été formé par la société, il n’existait pas au moment de la naissance. A titre d’illustration, nous allons donner quelques parallèles simplifiés entre les caractères «déterministes» et «gravitants» d’un signe, et ses caractères «libres» et «évolués».

Bélier Gravitant: impulsion aveugle, force dynamique trouvant sa motivation en elle-même. Instincts. Libre: adaptabilité. La force trouve sa direction, volonté de collaborer dans un tout, initiative organisée pour un But.

Taureau Gravitant: désir de jouissance égoïste, paresse, amour des biens. Libre: Non-possessivité. Magnétisme, capter pour donner et partager, aspiration à féconder.

Gémeaux Gravitant: mouvement, désir égoïste de liberté, intellectualisme, parole, la connaissance pour soi-même. Libre: non-ingérence. Chercher les liens, les relations cosmiques, les communions, guérir, soulager, renseigner, servir les autres et l’Un.

Cancer Gravitant: rester dans le rêve du paradis perdu, se reployer dans la masse, exercer un pouvoir égocentrique, exploiter les autres. Libre: autonomie. Trouver ses racines pour servir le futur, s’éveiller pour franchir la porte et s’incarner, sortir de sa bulle, prendre possession de soi-même, structurer les découvertes de l’intellect des Gémeaux pour l’humanité.

Lion Gravitant: dominateur, vedette, infantilisme, se sert des autres pour se valoriser soi-même, besoin d’un public, pouvoir occulte, aveugle au futur. Libre: simplicité. Rayonner la pureté, dynamiser les autres pour les entraîner vers les réalisations, le combat juste pour l’homme.

Vierge Gravitant: rationaliste, perfectionniste, raisonneur sec et logique, valorisation de l’action efficace, ne pas être souillé. Libre: tolérance. Utilise sa propre force pour transmuer la matière, bénit, est un vase sacré pour réaliser l’incarnation du Fils, travail humble dans la communauté, utilisation de ses dons intellectuels pour aider la lutte de l’homme dans la nature, activité créatrice de transmutation.

Balance Gravitant: confusion de la justesse et de la justice, transforme les unions en contrat, veut tout essayer, hésite sans fin, emporté par l’amour trop humain, susceptible, veut profiter des biens de la société, passivement plutôt qu’activement. Libre: aisance. Equilibre, compréhension, sens des nuances, accomplissement de soi.

Scorpion Gravitant: cruauté, morbidité, souffrance, autodestruction. Libre: non-identification. La force de lutter, le seuil de la spiritualité après la table rase, la critique saine, la libération, renaître de ses cendres, entrer dans un autre domaine.  

Sagittaire Gravitant: légiférer, prétend tout savoir, se concentrer sur l’individu plutôt que sur les individus, exorciser l’impur, s’engluer dans des satisfactions matérielles, rester au sol avec pompes chargé de fardeaux inutiles, arrogance de l’illusion de la spiritualité. Libre: camaraderie. Conducteur d’hommes, chercheur de la Loi sacrée, gardien et guérisseur, la main magnétique qui sauve et qui conduit vers l’Objectif.

Capricorne Gravitant: les pieds sur la terre se croyant la tête au ciel, sûr de soi, entêté, sec, froid, ambitieux, cherche à maîtriser par l’esprit en utilisant la force si nécessaire, toujours dans son bon droit. Libre: intégrité. Renaissance libre après la mort symbolique du Scorpion, miracle, spiritualité suprême, au sommet de la montagne, voit dans la nuit, connaît la Loi.

Verseau Gravitant: tout et tout de suite, le ciel sur la terre sans réflexion, aspiration irrésistible, réalisation dans le présent même utopique, pureté intransigeante. Libre: service. Abandon de sa personnalité pour servir les hommes, vocation sociale, utilisation de la science pour le salut des hommes, réalisation de l’idéal social dans sa pureté avec patience.

Poissons Gravitant: diffusion et dispersion, excès de sensibilité à l’environnement, éponge, tendance suicidaire, quête disparate, veut tout savoir, refus arrogant du travail communautaire, drogue ou substitut. Libre: confiance au futur. Perçoit toutes les vibrations du monde, sert de médiateur pour communiquer avec l’arrière du monde, synthétise la Totalité des énergies, phare et sauveur, voit au-delà.  

Extrait de l’Astrologie ésotérique retrouvée, Georges de Villefranche, éd. Devry, Paris. Astrologue suisse, physicien au CERN.

Le 27 septembre 2020

Pseudo :
User-Login
Votre E-mail
*